Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des six commissions permanentes du Sénat : Lois, Finances, Affaires économiques, Affaires étrangères et Défense, Affaires culturelles, Affaires sociales. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales, les motions de procédure et les explications de vote des sénateurs du groupe CRC-SPG.

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES

Des déclarations d’intention contredites par le contenu du projet gouvernemental

Grand Paris : article premier

Par Brigitte Gonthier-Maurin / 6 avril 2010

Madame la présidente, monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, cet article pose l’objet de la démarche du Grand Paris : la réalisation conjointe par l’État et les collectivités d’un projet urbain, social et économique associant les citoyens et tendant à réduire les déséquilibres sociaux, territoriaux et fiscaux. Il met également en exergue la nécessité d’une lutte contre l’étalement urbain et celle d’une offre de logement adaptée, au travers notamment de l’objectif de construction annuelle de 70 000 logements, inscrit dans le texte par la commission spéciale.

Cet article prévoit en outre de confier à l’État le financement du réseau de transport public de voyageurs, sans en préciser toutes les modalités ni les conditions. En effet, il est simplement question d’une dotation de 4 milliards d’euros pour lancer le projet. Les mécanismes de remboursement de l’emprunt sont flous. C’est donc la porte ouverte à la valorisation des terrains attenants aux gares et à de nouvelles sources de financement qui seraient affectées à la Société du Grand Paris, échappant ainsi à toute péréquation régionale.

Cette déclaration d’intention est donc en profond décalage, voire en contradiction, avec le reste du texte.

Premièrement, les citoyens ne seront associés que ponctuellement au débat public, et non de manière continue.

Deuxièmement, dans le dispositif présenté, la place des collectivités est secondaire. Ainsi, elles seront minoritaires au sein du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris : dès lors, comment parler d’une réalisation conjointe ?

Troisièmement, la lutte contre l’étalement urbain ne peut passer par la création d’une chenille d’expropriation et d’urbanisation autour du Grand huit.

Quatrièmement, la question du logement n’est traitée qu’à la marge dans la quasi-totalité des articles, alors même qu’il s’agit d’un enjeu majeur sur le territoire francilien. Le déficit de logements est en effet l’une des causes principales de l’allongement des parcours de transport en Île-de-France. On ne peut donc obtenir une amélioration de l’offre de transport sans un renforcement des dispositifs en faveur de la construction de logements publics. Il convient, en particulier, de faire respecter la loi SRU.

On nous présente ce texte comme le symbole du réinvestissement de l’État dans la région-capitale, notamment sur le plan financier. Il s’agit en réalité de confisquer l’intérêt général au profit du privé. Ainsi, ce texte organise la spéculation foncière autour des gares. L’aménagement du territoire sera repris en main par l’État, qui fera appel au privé. Le métro en rocade n’aura d’utilité et de pertinence qu’en termes de déplacements travail-travail, et non travail-habitat : il servira donc les hommes d’affaires ! Comment ne pas voir, dans ces conditions, qu’il s’agit fondamentalement d’un détournement de l’intérêt général ?

Ce que nous demandons à l’État, ce n’est pas de faire un coup d’éclat avec un texte, c’est de cesser de se désengager des politiques publiques. Transport, logement, éducation : tous ces budgets sont en constante régression ; les services publics sont aujourd’hui en souffrance.

Favoriser la réduction des inégalités sociales et territoriales en Île-de-France passe nécessairement par un maillage fin du territoire, la présence de services et d’équipements publics, une politique industrielle ambitieuse, et non par la création d’un métro automatique, la réduction des dépenses publiques et la suppression de postes de fonctionnaires.

Les difficultés auxquelles la région-capitale est aujourd’hui confrontée en termes de développement sont également très liées à la désindustrialisation de son territoire. Une véritable réflexion doit être lancée sur ce sujet.

Comprenons-nous bien : nous ne sommes pas opposés à une intervention de l’État en Île-de-France. Elle doit cependant s’inscrire dans le cadre de ses compétences, et non être utilisée pour empiéter sur celles des collectivités, et donc des instances de démocratie de proximité. Les cadres de réflexion et d’action pour penser l’avenir de la région-capitale existent déjà : ce sont les collectivités territoriales, le conseil régional ou encore le syndicat Paris Métropole. L’État n’en est pas exclu. Il est même censé garantir l’intérêt général national, et peut donc jouer un rôle majeur, via des contrats de projet État-région, ainsi que par son poids décisif dans les travaux du schéma directeur.

Or l’attitude de l’État a jusqu’à présent été paradoxale. Non content de ne pas honorer ses engagements au titre des contrats de plan, il a également fait le choix de bloquer le schéma directeur, élaboré au terme d’un long débat démocratique. Je profite de cette occasion pour renouveler notre souhait que ce document du SDRIF soit enfin transmis au Conseil d’État.

Oui, il faut donc bien un projet pour l’Île-de-France, mais il doit être construit avec les habitants et leurs élus, et non dans la précipitation.


AGRICULTURE ET PECHE : Ce projet de loi nous satisfait dans sa globalité

Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : conclusions de la CMP

Par Cécile Cukierman / 24 juillet 2014

TRANSPORT : Des avancées réelles pour les taxis

Taxis et voitures de transport avec chauffeur

Par Laurence Cohen / 23 juillet 2014

TRANSPORT : La structuration du futur pôle public correspond à l’architecture d’un secteur libéralisé

Réforme ferroviaire : conclusions de la CMP

Par Evelyne Didier / 22 juillet 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Nous souhaitons par-dessus tout que les agriculteurs restent nombreux dans nos campagnes et dans nos communes rurales

Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (deuxième lecture) : explication de vote

Par Gérard Le Cam / 21 juillet 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Les banques doivent être mises au service de l’économie réelle et en particulier de l’agriculture

Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (deuxième lecture)

Par Gérard Le Cam / 17 juillet 2014

ECONOMIE : Ce texte ne prévoit pas de droit prioritaire de rachat au profit des salariés

Economie sociale et solidaire (conclusions de la CMP)

Par Gérard Le Cam / 17 juillet 2014

TRANSPORT : Une occasion manquée de replacer le service public au coeur du système ferroviaire

Réforme ferroviaire : explication de vote

Par Mireille Schurch / 10 juillet 2014

TRANSPORT : Votre réforme ne répond pas aux attentes des usagers et des cheminots

Réforme ferroviaire

Par Mireille Schurch / 9 juillet 2014

TRANSPORT : Voilà ce que nous appelons le changement !

Nationalisation des sociétés concessionnaires d’autoroutes (suite)

Par Gérard Le Cam / 19 juin 2014

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : Une présomption de risque qu’il convient de prendre en compte

Exposition aux ondes électromagnétiques

Par Mireille Schurch / 17 juin 2014

ECONOMIE : Nos amendements, qui avaient pourtant obtenu l’accord du Gouvernement et du rapporteur, ont disparu

Artisanat, commerce et très petites entreprises : conclusions de la CMP

Par Mireille Schurch / 5 juin 2014

ECONOMIE : La volonté de promouvoir l’économie sociale et solidaire

Économie sociale et solidaire (deuxième lecture )

Par Gérard Le Cam / 4 juin 2014

TRANSPORT : Nous restons hostile à la privatisation de missions régaliennes

Activités privées de protection des navires (conclusions de la CMP)

Par Evelyne Didier / 3 juin 2014

TRANSPORT : Nous devons soutenir la filière française du véhicule électrique

Réseau d’infrastructures de recharge de véhicules électriques

Par Evelyne Didier / 3 juin 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Le MON 810 contient un insecticide génétiquement intégré ayant des effets délétères

Interdiction de la mise en culture de variétés de maïs génétiquement modifié

Par Laurence Cohen / 5 mai 2014

ECONOMIE : Engager la redynamisation de ce secteur est une nécessité

Artisanat, commerce et très petites entreprises

Par Mireille Schurch / 16 avril 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Nous allons voter ce texte mais nous resterons vigilants pour que les avancées du Sénat soient conservées

Agriculture, alimentation et forêt : explication de vote

Par Gérard Le Cam / 15 avril 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Laisser faire le marché, c’est courir à la catastrophe

Agriculture, alimentation et forêt

Par Gérard Le Cam / 9 avril 2014

LOGEMENT : Nous avons eu la volonté de participer à l’élaboration de ce texte très attendu

Accès au logement et urbanisme rénové (conclusions de la CMP)

Par Mireille Schurch / 20 février 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Défendre les plantes génétiquement modifiées, c’est défendre un système qui s’oppose au certificat d’obtention végétale

Interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié : exception d’irrecevabilité

Par Eliane Assassi / 17 février 2014

AGRICULTURE ET PECHE : Un affaiblissement de la biodiversité

Interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié

Par Thierry Foucaud / 17 février 2014

ECONOMIE : Ce projet de loi n’augmentera pas le pouvoir d’achat des Français

Consommation (conclusions de la CMP)

Par Evelyne Didier / 12 février 2014

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Brigitte GONTHIER-MAURIN
Sénatrice des Hauts-de-Seine

Membre de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

Présidente de la délégation aux droits des femmes

Devenue sénatrice le 29 juin 2007 en remplacement de M. Roland Muzeau, élu député

Decor
Intranet
Haut de page