Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
L’ensemble des questions orales posées par votre sénatrice ou votre sénateur. Au Sénat, une question orale peut, suivant les cas, être suivie d’un débat. Dans ce cas, chaque groupe politique intervient au cours de la discussion.

EDUCATION ET RECHERCHE

L’enseignement artistique est essentiel à la vie culturelle et sociale

Décentralisation des enseignements artistiques

Par Ivan Renar / 29 octobre 2009

Enseignement artistique, éducation artistique, tout est dans tout et le reste dans Télémaque... L’enseignement artistique est essentiel à la vie culturelle et sociale, c’est une des clés de voûte de la nécessaire relance de la démocratisation culturelle. Si la première mission du réseau des conservatoires et des écoles de musique, de théâtre et de danse est de former les amateurs, il ne faut pas oublier leur rôle d’éducation culturelle et artistique. D’où la nécessité de passerelles entre ces écoles spécialisées et les établissements scolaires pour remédier à l’insuffisante démocratisation des enseignements artistiques. Le non-partage de l’art est comme une bombe anti-personnel, la cause de mutilations terribles. L’art est le champ de tous les possibles : chaque enfant doit disposer d’une piste d’envol pour développer ses potentialités.

L’enseignement artistique reste le parent pauvre des politiques publiques. L’article de la loi de 2004 relatif à l’enseignement artistique spécialisé est le seul qui n’ait pas été appliqué. La concertation avec les collectivités locales n’ayant pas abouti, la réforme est en panne, comme l’a relevé Mme Morin-Desailly. Comment s’en étonner dès lors qu’on demande aux collectivités d’assumer une charge que l’État n’a pas financée ? Les crédits d’État dédiés aux enseignements artistiques n’ont cessé de régresser ces dernières années ; aujourd’hui, les communes assurent 80 % du fonctionnement et sont bien seules pour financer les investissements dans les écoles de musique, de théâtre et de danse. Les grandes villes ont tendance à réduire les charges de centralité qu’elles supportent pour les cycles préprofessionnels afin de continuer à financer l’enseignement initial et les actions d’éducation artistique. Le transfert du financement des écoles supérieures d’art plastique vers les communes est d’autant plus désagréable que l’enseignement supérieur relève de l’État.

Il est logique de donner à la région un rôle majeur dans l’organisation du schéma régional des formations artistiques mais je comprends l’Association des régions de France qui rechigne à un transfert dépourvu des financements appropriés -qui plus est dans un contexte marqué par la suppression de la taxe professionnelle, la perte de l’autonomie fiscale et le poids des transferts non compensés. L’État est de plus incapable d’évaluer le coût du cycle d’enseignement professionnel initial (Cepi) ; procéder à une évaluation concertée aurait été bienvenu. On ne peut reprocher aux élus régionaux de ne pas s’être aventurés dans une réforme dont ils ignoraient l’impact financier ; et il est normal qu’ils veuillent définir eux-mêmes la hauteur de leur engagement, même si j’ai la conviction que le financement de l’art et de la culture est un investissement d’avenir.

La situation actuelle pénalise les régions les plus volontaristes, comme le Nord-Pas-de-Calais, la seule à avoir expérimenté le protocole de décentralisation sur les enseignements artistiques. Directeurs et enseignants ont la fervente volonté d’apporter le meilleur pour tous et les agents de l’État ont fait un excellent travail malgré le manque de crédits.

Parallèlement au Cepi, il faut veiller à ce que les élèves qui ne souhaitent pas s’engager dans la voie de la professionnalisation puissent continuer à s’épanouir. Les amateurs sont essentiels à la vie musicale. Si solfège et technique sont importants, le plaisir de la pratique l’est tout autant et doit être valorisé dès l’enfance. Il est à cet égard fondamental de promouvoir les pratiques collectives très gratifiantes mais trop souvent délaissées. Le plaisir de jouer ensemble, l’écoute de l’autre et le partage sont de puissantes motivations ; pouvoir se produire face à un public est le meilleur des encouragements. Il importe aussi de développer les disciplines insuffisamment représentées, musiques actuelles, musiques improvisées ou non européennes. Il est crucial d’élever le niveau de qualification des enseignants et d’ouvrir davantage les conservatoires et écoles sur la vie de la cité, les associations, la diffusion du spectacle vivant, les établissements scolaires ; de favoriser aussi les rencontres entre amateurs et professionnels.

Le rôle des « dumistes » est encore méconnu. Recrutés par les communes ou leur groupement, possédant un diplôme universitaire de musicien intervenant, les « dumistes » -je préside le centre de formation de Lille III- permettent chaque année à plus de 2 millions d’enfants de s’ouvrir à la musique, à la pratique instrumentale ou au chant. « Les enfants, là est la clé du trésor ! » disait André Malraux. La mission des « dumistes » doit être davantage valorisée auprès des écoles maternelles et primaires -ce qui suppose un engagement plus résolu de l’éducation nationale. Il faut permettre aux enfants de vivre une expérience où la pratique artistique s’allie à une approche culturelle ; c’est pourquoi la formation artistique et culturelle devrait être dispensée dans le cadre scolaire par des maîtres spécialisés, comme c’est le cas dans de nombreux pays étrangers. Chez nous, l’éducation artistique et culturelle semble condamnée à n’être que la variable d’ajustement des politiques éducatives, alors qu’elle est au centre de la vie et de l’humain. L’enseignement de la danse et de l’art dramatique est souvent inexistant alors qu’il existe une forte demande. Les départements souhaitent des mesures de rattrapage de l’État.

Le processus de Bologne impose un alignement de l’enseignement artistique supérieur sur le cursus universitaire européen licence-mastère-doctorat. Cette convergence des diplômes facilitera la reconversion des artistes ; mais prenons garde à ce qu’elle ne conduise pas à une uniformisation. Les écoles supérieures d’art ont chacune une histoire singulière ; véritables laboratoires, elles ne doivent pas perdre leur âme dans ce processus. La pratique artistique est une recherche permanente : ces écoles et les universités peuvent s’enrichir mutuellement. Les écoles supérieures d’art plastique jouent un rôle majeur dans la diffusion de l’art contemporain et la sensibilisation, qui permettent à chacun de s’approprier la création contemporaine. L’apprentissage du sensible ne doit plus être considéré comme facultatif et secondaire, c’est au contraire l’une des plus belles aventures humaines. L’enjeu de la démocratisation culturelle ne peut être abandonné au seul marché ; le rôle du service public de la culture est déterminant pour former sans formater. Il faut également relancer l’éducation populaire, alors que tant de nos concitoyens s’adonnent à une pratique artistique en amateur.

Si ce débat est bienvenu, il est en décalage avec la réforme territoriale qu’on nous annonce.

Comment ne pas relayer l’inquiétude des élus et du monde de la culture face à la mise en cause des cofinancements et de la clause de compétence générale des collectivités ?

Comme les Droits de l’Homme, la culture doit demeurer une responsabilité partagée. C’est bien l’engagement des collectivités locales qui a transformé le paysage artistique et culturel du pays en rapprochant partout l’offre du citoyen.

Cela dit, la démocratisation culturelle suppose l’éducation. Il est donc urgent que les deux ministères agissent de concert ! C’est une question de justice sociale, d’égalité des citoyens et de droit à la culture pour tous. Repris par la Constitution de 1958, le Préambule de 1946 proclamait déjà : « La nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation et à la culture. » L’enjeu de la culture pour tous est celui de la démocratie.

Plus que jamais, face à la montée des intégrismes, nous devons combattre tous les analphabétismes. Il faut apprendre l’art comme on apprend à lire et à compter. L’enseignement artistique et culturel ne doit pas être optionnel si l’on souhaite n’écarter personne. C’est à l’épreuve du feu qu’on se brûle, c’est à l’épreuve de l’art que l’on suscite le désir.

Trop tôt disparu, l’auteur et metteur en scène Jean-Luc Lagarce avait rappelé qu’une civilisation qui renonce à l’art, que la fainéantise inavouée et le recul sur soi poussent à s’endormir sur elle-même en renonçant au patrimoine en devenir pour se contenter bêtement des valeurs qu’elle croit s’être forgées et dont elle se contenta hériter, cette société-là oublie par avance de se construire un avenir et ne dit plus rien aux autres ni à elle-même. Les enseignements artistiques constituent le passage de témoin de la mémoire pour mieux inventer demain.

Je souhaite donc un engagement financier plus résolu de l’État non « pour diriger l’art mais pour mieux le servir » comme l’a si bien formulé André Malraux. Il importe que l’enseignement artistique soit diffusé sur l’ensemble du territoire à une époque où la culture conditionne la civilisation. N’oublions pas que l’intelligence est la première ressource de notre planète !


EMPLOI, SALAIRES ET RETRAITES : La formation professionnelle profite essentiellement aux cadres, alors qu’elle devrait s’adresser d’abord aux demandeurs d’emploi

Adéquation de la formation professionnelle aux besoins des demandeurs d’emploi

Par Dominique Watrin / 12 juin 2014

FAMILLE : A l’initiative du Medef, l’universalité est aujourd’hui remise en cause

Devenir de la politique familiale

Par Isabelle Pasquet / 16 mai 2013

ECONOMIE : Une des dérives du système capitaliste

Lutte contre l’obsolescence programmée des produits

Par Evelyne Didier / 23 avril 2013

DROITS DE L’HOMME : En prison, les risques infectieux sont multipliés par quatre, voire par dix

Droits sanitaires et sociaux des détenus

Par Isabelle Pasquet / 3 avril 2013

ENVIRONNEMENT : Nous proposons d’abroger tous les permis de recherche de gaz de schiste

Devenir des permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures conventionnels et non conventionnels

Par Evelyne Didier / 7 février 2012

AGRICULTURE ET PECHE : Une gestion purement privée des relations commerciales agricoles

Contractualisation dans le secteur agricole

Par Gérard Le Cam / 24 mai 2011

ENVIRONNEMENT : REALISATION DE LA LIAISON FERROVIAIRE TRANSALPINE LYON-TURIN

L’enquête d’utilité publique n’acccepte maintenant plus aucun délai

Par Annie David / 18 mai 2011

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : La France rurale, qu’elle soit péri urbaine, agricole ou paysagère mérite mieux

La ruralité : une chance pour la cohésion et l’avenir des territoires

Par Gérard Le Cam / 13 janvier 2011

SOCIETE : Dans une société encore largement dominée par les hommes, les droits des femmes ne sont jamais acquis

Égalité professionnelle entre les hommes et les femmes

Par Odette Terrade / 20 décembre 2010

CULTURE ET MEDIAS : Avenir du site parisien des Archives nationales

Par Nicole Borvo Cohen-Seat / 29 septembre 2010

EDUCATION ET RECHERCHE : Quand le Gouvernement fait des économies sur les IUFM ou les Rased, il pénalise les plus faibles

Egalité des chances dans l’enseignement

Par Marie-Agnès Labarre / 24 juin 2010

Pénurie de gynécologues médicaux

Par Nicole Borvo Cohen-Seat / 16 juin 2010

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : L’IVG garde une place fragile dans notre système de santé

Politique de contraception et d’interruption volontaire de grossesse

Par Odette Terrade / 15 juin 2010

SERVICES PUBLICS : Une réorganisation des forces de sécurité intérieure qui passe mal

Situation de la gendarmerie nationale

Par Robert Hue / 19 mai 2010

EUROPE : Le retour en catimini de la « directive Bolkestein »

Transposition de la directive « services »

Par Annie David / 12 mai 2010

ECONOMIE : Ne privons pas davantage l’État de leviers d’action dans un secteur économique clé

Bilan d’application de la loi portant réforme portuaire

Par Thierry Foucaud / 11 mai 2010

SOCIETE : Il est temps de sortir de la seule approche répressive dirigée contre les personnes prostituées

Situation des personnes prostituées

Par Nicole Borvo Cohen-Seat / 11 mai 2010

INDUSTRIE : Il est nécessaire de préserver l’indépendance énergétique de la France

Avenir de l’industrie du raffinage en France

Par Michel Billout / 1er avril 2010

EMPLOI, SALAIRES ET RETRAITES : La réalité, celle que vivent les Français, c’est la casse de leur outil de travail

Avenir de l’industrie du raffinage en France

Par Jean-Claude Danglot / 1er avril 2010

EMPLOI, SALAIRES ET RETRAITES : Total n’a pas d’autre horizon que la rentabilité immédiate

Avenir de l’industrie du raffinage en France

Par Thierry Foucaud / 1er avril 2010

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Ivan RENAR
Ancien sénateur du Nord

Vice-Président de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

Devenu sénateur le 2 avril 1985 en remplacement de M. Gérard EHLERS, démissionnaire

Decor
Intranet
Haut de page