Groupe Communiste Républicain et Citoyen au Sénat
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer alors que François Hollande occupe l’Elysée et que la droite vient de reconquérir le Sénat.
Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
DossiersREFORME TERRITORIALE, REFORME LIBERALE

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES

Lois

Un regroupement autoritaire auquel nous nous opposons

Réforme des collectivités territoriales : départements

Par Gérard Le Cam / 3 février 2010

Comme pour les autres articles, nous ne nous opposons pas au renforcement des coopérations entre collectivités locales, ni même à leur fusion éventuelle, mais nous refusons toute automaticité, toute contrainte autoritaire et toute précipitation.

Nous souhaitons que les assemblées délibérantes concernées soient toujours à l’initiative des procédures, qu’il y ait concordance des délibérations pour poursuivre celles-ci et que la décision finale revienne aux citoyens.

Aussi, nous ne pouvons pas accepter les termes de cet article, qui, sans le mentionner officiellement, vise à favoriser la fusion des départements.

En effet, nous sommes, pour le moins, dubitatifs sur cet article qui prévoit qu’une procédure de fusion est automatiquement lancée par le préfet dès lors qu’un conseil général en aura fait la demande. Nous refusons que le ou les autres départements concernés soient contraints d’examiner cette demande et d’y répondre dans un délai de six mois. L’enjeu est d’importance, et ce délai peut s’avérer insuffisant pour examiner l’ensemble des conséquences d’une telle fusion. En fait, nous nous trouvons là dans le cas de figure d’une OPA qui peut, certes, être amicale, mais peut tout autant être hostile.

Quelle que soit la motivation de la demande, celle-ci doit être étudiée. Or, à défaut de délibération, la décision est supposée être acceptée.

Dès lors que la procédure de fusion est lancée, elle peut être conduite à son terme, même si l’un des départements n’est pas favorable, ce que nous ne saurions accepter.

En effet, une fois la demande formulée par un département, la machine est mise en route, et rien ne peut l’arrêter si le préfet en décide ainsi. C’est dire le rôle primordial, qui lui est, une nouvelle fois, attribué, celui-ci pouvant aller à l’encontre des décisions d’une assemblée élue.

Dans le cas de délibérations concordantes des conseils généraux concernés, une fusion de départements peut être réalisée sans que les citoyens soient consultés.

Pour notre part, nous considérons que les citoyens doivent être appelés à se prononcer dans tous les cas, et que leur décision s’impose.

Aussi, après l’organisation d’une consultation et un vote contre la fusion proposée, nous ne saurions accepter qu’une loi impose ce que le peuple a refusé.

Dans ces conditions, vous comprendrez, mes chers collègues, que nous vous proposions une série d’amendements visant à modifier ces dispositions. Si aucun d’entre eux n’est adopté, nous voterons contre l’article 12.

Votre objectif est de créer, de toutes les façons possibles, des entités territoriales élargies pour les faire entrer dans la compétition, la concurrence, entre les territoires. De votre point de vue, cela suppose in fine la suppression des départements, ce qui passe par la création d’un élu commun au département et à la région et la suppression de la clause de compétence générale, mais vous ne pouvez évidemment pas le dire clairement !

Il en va de même des départements concernés par la création de métropoles, que nous avons évoquées hier, et qui vont se retrouver à gérer des territoires pauvres et étendus sans disposer des moyens financiers nécessaires qui auront été captés par ladite métropole.

Vous voulez intégrer dans la loi des dispositions contraignantes pour les habitants et leurs élus, et vous donnez au Gouvernement une marge d’appréciation importante pour juger de l’opportunité d’un projet et pour s’y opposer.

En réalité, vous lui donnez tout pouvoir en matière de regroupement : il peut accepter ou non la demande, organiser ou non la consultation des populations dans le cas où tous les conseils généraux sont d’accord et faire fi, s’il le souhaite, de l’avis issu de la consultation des populations qu’il aura pourtant lui même organisée. Ainsi, vous vous passez de l’avis et de la décision des conseils généraux, puisque ceux qui n’ont jamais émis un quelconque souhait de fusion seront réputés accepter celle-ci s’ils n’ont pas délibéré dans les six mois suivant la notification qui leur aura été adressée par le préfet, un délai bien court, je le rappelle.

Le projet de loi du Gouvernement permettait même à des conseils généraux d’imposer à d’autres conseils généraux non demandeurs leur décision de se regrouper. Le résultat des votes des électeurs était en effet comptabilisé sur l’ensemble du périmètre correspondant au projet de regroupement, tous départements confondus, ce qui est, là encore, contraire au principe de libre administration des collectivités territoriales.

La commission des lois a adopté un amendement qui va dans le bon sens : l’accord de la population dans chaque département est désormais exigé pour tout regroupement. Toutefois, elle n’a pas remis en cause le fait que le Gouvernement aura finalement la haute main sur la décision.

Nous demandons la suppression de l’article 12 non seulement parce que nous nous opposons à la disparition des départements, mais aussi parce que les modalités envisagées sont antidémocratiques.


Tous les articles

Quand les pouvoirs publics ne respectent plus les procédures démocratiques, il ne faut pas s’étonner de la crise de confiance de la France envers ses représentants

Délimitation des régions (deuxième lecture) : exception d’irrecevabilité

Par Christian Favier / 29 octobre 2014

Ce projet masque un recul sans précédent de la démocratie

Délimitation des régions (deuxième lecture)

Par Christian Favier / 28 octobre 2014

La réforme territoriale sanctionnée au Sénat

Elections sénatoriales

Par le groupe CRC / 28 septembre 2014

La démocratie en danger

Réforme territoriale

Par Isabelle Pasquet / 1er septembre 2014

Le Sénat rejette le cœur de la réforme

Réforme territoriale

Par le groupe CRC / 4 juillet 2014

Demain, les intercommunalités se substitueront aux assemblées communales et les grandes régions aux départements

Délimitation des régions : explication de vote

Par Christian Favier / 4 juillet 2014

Près de 10 000 emplois menacés en Île-de-France dans les secteurs du bâtiment

Réforme territoriale

Par Christian Favier / 4 juillet 2014

Ces textes bouleversent le paysage institutionnel local, pour mieux le démembrer par la suite

Délimitation des régions

Par Christian Favier / 3 juillet 2014

Cette motion ne vise pas à retarder le débat mais à l’approfondir, sur des bases démocratiques

Délimitation des régions : motion référendaire (explication de vote)

Par Pierre Laurent / 2 juillet 2014

Nous, les maires, ne voulons pas être réduits au rôle d’exécutants de politiques décidées plus haut !

Délimitation des régions : motion référendaire (explication de vote)

Par Gérard Le Cam / 2 juillet 2014

Consulter le peuple est totalement justifié

Délimitation des régions : motion référendaire

Par Eliane Assassi / 2 juillet 2014

Il faut un référendum !

Réforme territoriale

Par le groupe CRC / 1er juillet 2014

Le gouvernement tente de passer en force

Réforme territoriale

Par le groupe CRC / 18 juin 2014

Nous demandons la constitution d’une commission spéciale

Réforme territoriale

Par Eliane Assassi / 18 juin 2014

Entendez la France rurale plutôt que de vous conformer aux exigences de Bruxelles

Video

Territoires ruraux et réforme territoriale

Par Gérard Le Cam / 12 juin 2014

Empêchons la destruction de la décentralisation

Réforme territoriale

Par Christian Favier / 5 juin 2014

Une réforme dont personne ne veut, hormis quelques cercles libéraux de Bruxelles

Video

Réforme territoriale

Par Christian Favier / 5 juin 2014

Réformer la France exige un grand débat national

Réforme territoriale

Par le groupe CRC / 3 juin 2014

Nous vous demandons de réunir à nouveau cette grande assemblée

Etats Généraux de la Démocratie Territoriale

Par Eliane Assassi / 28 mai 2014

Nous exigeons que le peuple puisse après de larges débats et une réelle concertation se prononcer par voie de referendum

Réforme territoriale : débat au Conseil général du Pas-de-Calais

Par Dominique Watrin / 19 mai 2014

Un ébranlement de notre édifice républicain

Réforme territoriale

Par Christian Favier / 13 mai 2014

Un séisme institutionnel

Réforme territoriale

Par le groupe CRC / 10 avril 2014

  • Tous les dossiers
Intranet
Haut de page