Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Dans le département

Un financement 100 % public pour le Centre Hospitalier Sud Francilien

Sortir du partenariat public-privé -

Par / 22 septembre 2011

Les dysfonctionnements, les graves manquements dans la réalisation des travaux et les importants surcoûts s’accumulent dans le dossier du Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF), dont l’ouverture est constamment repoussée.

Le choix du recours à un partenariat public-privé (PPP) et à un bail emphytéotique au profit d’une filiale du groupe Eiffage va représenter un loyer de 40 millions d’euros par an à acquitter par le CHSF pendant 30 ans.

Le choix de faire financer l’hôpital public par le privé implique que ces grands groupes qui décident d’investir le font avec un objectif de rentabilité financière, objectif bien évidemment incompatible avec la logique de service public et d’accès aux soins pour tous. Le seul loyer pèsera très lourd dans le budget de l’hôpital ; or, Eiffage réclame d’ores et déjà 100 millions d’euros supplémentaires pour les modifications des travaux.

Les usagers, les personnels et l’activité hospitalière n’ont pas à payer les conséquences de ces choix financiers, pas plus que l’Agence Régionale de Santé (ARS). La solution qui consisterait à demander à l’ARS de participer au paiement du loyer n’est pas acceptable. Seule la sortie du partenariat public-privé doit être envisagée.

Déjà, 150 emplois dans divers secteurs et services de l’hôpital Sud Francilien sont menacés de suppression, entraînant à terme la suppression de services ou des urgences la nuit.

Encore une fois, la logique comptable l’emporte sur la nécessité d’offrir aux usagers un service public de la santé de qualité et sur l’accès aux soins.

Depuis la loi de 2004 relative à la santé publique, mais surtout depuis la loi HPST de 2009, le service public hospitalier est menacé de démantèlement, notamment dans le département de l’Essonne. Les personnels de l’hôpital Sud Francilien, à qui l’on demande encore de faire 2 millions d’euros d’économies d’ici à la fin 2011, ont donc décidé d’entamer une grève reconductible.

La défense de l’hôpital public doit constituer, aujourd’hui, une priorité afin d’éviter que s’instaure dans notre pays une médecine à deux vitesses et une offre de soins détériorée. Et cela ne peut passer que par un financement public de l’hôpital public.

Les dernieres interventions

Dans le département NON à la remise en cause des locaux syndicaux

Veiller aux usages et mises à disposition dans l’Isère - Par / 21 avril 2017

Dans le département Usages et mises à disposition de locaux syndicaux

NON à une remise en cause en Isère - Par / 14 avril 2017

Dans le département Fusion annoncée des Services des Impôts

Inquiétude pour la vallée du Grésivaudan - Par / 7 avril 2017

Dans le département Législatives en Côtes d’Armor

Circonscription Lamballe-Loudéac : Candidate du PCF - Par / 4 avril 2017

Dans le département La psychiatrie en débat

Quel avenir pour ce secteur de la santé ? - Par / 24 mars 2017

Dans le département Fermeture du Centre de la CPAM de Vizille

Motion d’opposition des élus et action des salariés - Par / 1er février 2017

Dans le département Les enjeux d’une politique industrielle

soutenir ECOPLA pour l’outil SCOP - Par / 10 janvier 2017

Dans le département COP 22 : les enjeux en débat

L’intervention des peuples est nécessaire - Par / 15 décembre 2016

Dans le département Faire vivre ECOPLA SCOP

Une assemblée générale pour une étape importante - Par / 15 décembre 2016

Dans le département Je réaffirme mon engagement d’accompagnement aux familles

Pour une protection de l’enfance face aux abus sexuels en structure pour handicapés - Par / 14 décembre 2016

Dans le département Refus du plan de destruction de l’emploi

Les salariés des sociétés Lafarge TCEA et LSG manifestent le 1er décembre - Par / 30 novembre 2016

Dans le département Maintien de la ligne TER Grenoble-Veynes

Mobilisation dans les territoires concernés - Par / 10 novembre 2016

Dans le département Une fermeture inacceptable !

Maternité de la polyclinique de Fontainebleau - Par / 19 octobre 2016

Administration