Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Affaires sociales

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC. Lire la suite

Les Français ne seront pas dupes !

Prime aux salariés : explication de vote -

Par / 5 juillet 2011

C’était la première fois que nous était soumis un projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale, mais il s’agissait, malheureusement, d’une pure opération d’affichage à visée électorale, le Président de la République entendant lancer sa campagne avec la mise en place de la prime prévue à l’article 1er.

M. Alain Gournac. Nous, nous disons bravo, et merci pour ceux qui en bénéficieront !

Mme Annie David. Et les 85 % de salariés qui ne la recevront pas ?

M. Guy Fischer. Les Français ne seront pas dupes ! Ils n’oublieront pas que, pendant que vous rendez leur vie plus dure, vous allégez celle des assujettis à l’ISF. Telle est la réalité !

À nos yeux, ce texte ne règle rien. Les déficits de la sécurité sociale continuent de se creuser, tandis que la situation de l’hôpital public est de plus en plus difficile.

M. Alain Gournac. À cause des 35 heures !

M. Guy Fischer. Non ! Cette dégradation est due à la réduction du financement de l’hôpital public et des investissements. Aujourd’hui, de grands patrons, à l’hôpital de la Timone à Marseille ou à l’hôpital Édouard-Herriot de Lyon, s’interrogent.

M. Xavier Bertrand, ministre. C’est un peu plus compliqué que cela !

M. Guy Fischer. Peut-être, monsieur le ministre, mais il ne faut pas nier la réalité des difficultés de l’hôpital public !

Notre système de protection sociale est malade de son financement. C’est cela, le véritable problème.

Nous avons eu, au travers de la discussion de ce projet de loi, notamment avec l’explosion des exonérations sociales et fiscales, confirmation de la volonté du Gouvernement de favoriser le capital au détriment du travail, dans une perspective ultralibérale. Cette volonté, nous en retrouvons d’ailleurs l’empreinte dans le pacte de stabilité et de croissance européen. La réduction des déficits publics annoncée, la politique d’hyper-austérité mise en œuvre augurent mal de l’avenir : il est grand temps de changer de gouvernement !

Les dernieres interventions

Affaires sociales Vous voulez cette loi, mais ne souhaitez pas laisser vos empreintes sur la scène du crime !

Loi Travail (seconde lecture) : explication de vote sur une question préalable - Par / 19 juillet 2016

Administration