Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Les courriers officiels

Le motif du mécontentement porte sur les tarifs proposés par les sociétés d’équarrissage qui ont le quasi-monopole du marché

Collecte des déchets des artisants bouchers et charcutiers -

Par / 10 mai 2016
Lettre au Ministre de l’Agriculture

Monsieur le Ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur les préoccupations des artisans bouchers charcutiers, qui sont confrontés à de grandes difficultés suite à la détection d’un cas d’Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB) sur une vache, dans le département des Ardennes le 7 mars 2015.

Vous le savez, depuis cet incident, la France a perdu le statut de risque « négligeable » acquis le 4 août 2015 (Décision 2007/453/CE), et la profession a l’obligation depuis, et à minima jusqu’en 2022, de remettre les sous-produits de catégorie 1 (colonnes vertébrales des bovins de plus de 30 mois, nés et/ou élevés en France) à une entreprise agréée de la filière d’équarrissage, chargée ensuite de leur élimination.
La Fédération des professionnels bretons qui m’a alerté sur le sujet, comprend et adhère totalement à ce principe de précaution, c’est pourquoi elle a immédiatement remis en place le protocole d’élimination des Matériels à risque spécifiés (MRS), dès la parution de l’instruction technique de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) en ce sens.

Le motif de son mécontentement est en réalité les tarifs proposés par les sociétés d’équarrissage. Celles-ci se trouvent en situation de quasi-monopole et sont bien conscientes que les bouchers charcutiers n’ont d’autre choix que de se plier à leurs règles. Selon la Fédération bretonne, elles en profiteraient pour pratiquer des prix non négociables et même facturés à un montant bien plus élevé par rapport à une prestation en tout point identique il y a quelques mois.

Alors que le secteur de la Boucherie Charcuterie se trouve déjà fortement fragilisé par la crise de la vache folle apparue à la fin des années 90–début 2 000, qui suscite encore aujourd’hui la méfiance des consommateurs, et par les affaires de maltraitance animale découvertes dernièrement dans des abattoirs, qui ont à juste titre choqué nos concitoyens, il me semble que les doléances de nos artisans français de la filière viande méritent toute notre attention.

Je sais pouvoir compter sur tout votre engagement à leur apporter une écoute attentive et à intervenir en leur faveur.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes meilleurs sentiments.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Situation dans les magasins Tati

Une forte exigence pour la sauvegarde des emplois - Par / 25 avril 2017

Les courriers officiels Soutien aux salariés du Crous régularisés

Courrier de Laurence Cohen et Christian Favier au directeur du CROUS de Créteil - Par / 4 avril 2017

Les courriers officiels Un projet de décret à retirer

Les Orthophonistes s’opposent à un reclassement - Par / 29 mars 2017

Les courriers officiels Il est temps de faire évoluer notre législation sur ce sujet

Expérimentation de l’urbanisation des hameaux - Par / 14 mars 2017

Les courriers officiels Suite à cette modification, le dialogue social est rompu

Représentation des personnels à la Chambre d’Agriculture du Morbihan - Par / 28 février 2017

Les courriers officiels De nombreuses interrogations subsitent face à ce projet

Projet d’urbanisation à Port-Haliguen dans le Morbihan - Par / 21 février 2017


Bio Express

Michel Le Scouarnec

Sénateur du Morbihan
Membre de la commission des Affaires économiques
Elu le 25 septembre 2011
En savoir plus

Site Internet

www.michellescouarnec.fr
Administration