Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC. Lire la suite

Homme de conviction et de courage, Paul Vergès était avant tout un résistant et un militant de toujours

Message du président du Sénat aux obsèques du sénateur de La Réunion -

Par / 15 novembre 2016

Madame la Ministre des Outremer, Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Paul Vergès nous a quittés, dans la nuit de vendredi à samedi, sur cette Île de la Réunion au service de laquelle il s’est engagé tout au long de sa vie et dont il était une figure centrale et charismatique depuis plus de soixante ans.

Qu’il me soit permis de saluer la présence de Mme Eliane Assassi, Présidente du groupe communiste républicain et citoyen du Sénat, groupe de Paul.

Le Président Gérard Larcher – qui lui rend hommage cet après-midi même à la tribune du Palais du Luxembourg et qui prononcera prochainement l’éloge funèbre solennel de celui qui était, depuis 2011, le doyen du Sénat de la République – m’a demandé de vous adresser aujourd’hui le message suivant.

C’est avec une grande émotion que les sénatrices et les sénateurs ont appris la disparition de leur estimé doyen Paul Vergès, qui fut sénateur de la Réunion à deux reprises, d’avril 1996 à juillet 2004, puis depuis le 1er octobre 2011.

J’ai encore en mémoire les mots par lesquels il avait conclu, le 1er octobre 2014, son allocution de Président d’âge à la tribune du Sénat, en évoquant Jean Jaurès en ces termes : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent et une confiance inébranlable pour l’avenir. Que cette nouvelle ère illustre la volonté de voir enfin se réaliser pour le monde la devise de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité ».

Homme de conviction et de courage, Paul Vergès était avant tout un résistant et un militant de toujours. Il s’était ainsi engagé, dès l’âge de 17 ans, aux côtés de son frère Jacques, dans les « Forces françaises libres ». Il intégra l’école d’officiers parachutistes de Ribbesford en 1943, avant d’être parachuté en 1944 dans la Vienne auprès des résistants du maquis de Scévolles.

Il s’était également engagé très tôt dans la vie politique de la Réunion, suivant la voie tracée par son père, Raymond Vergès, proche du Parti communiste français et qui avait œuvré à la départementalisation de la Réunion et des Antilles-Guyane en 1946.

Paul Vergès fut un militant et un responsable politique d’une longévité exceptionnelle, étant durant plus de soixante ans, l’élu incontournable de son île de la Réunion.

Il commença son ascension politique dès les années 50, alors que l’île souffrait de grandes inégalités sociales et d’un important retard de développement économique. Il fut élu conseiller général en 1955 puis, pour la première fois, député en 1956. C’est en 1959 que, pour mieux ancrer la revendication identitaire réunionnaise, il fonde le Parti communiste réunionnais et lance le mot d’ordre d’autonomie.

Paul Vergès occupa ensuite, durant plus d’un demi-siècle, tous les mandats électoraux locaux et nationaux, étant conseiller général, député à trois reprises, parlementaire européen durant treize ans, président du Conseil régional de la Réunion de mars 1998 à mars 2010, et bien sûr sénateur durant quatorze ans, jusqu’à ses derniers jours.

Il fut aussi, de 1971 à 1989, maire de cette commune du Port qui lui était si chère et où ses proches et ses amis se retrouvent aujourd’hui pour lui rendre un dernier hommage.

Paul Vergès fut, tout au long de sa vie, une figure emblématique de l’Île de la Réunion, dont il parlait toujours avec chaleur et enthousiasme à ses collègues du Sénat.

Son nom restera attaché à beaucoup des transformations qu’a connues l’île depuis les années 50. Il conduisit ainsi, lors de son mandat à la tête du Conseil régional, une politique de grands travaux, l’amélioration du réseau routier et les chantiers de modernisation des politiques sociales étant au premier rang de ses préoccupations. Il fut un bâtisseur, concrétisant des projets majeurs de développement de l’île, tout en menant son combat pour l’égalité, pour changer la vie quotidienne des Réunionnais.

Paul Vergès prônait une vision à long terme et voyait dans l’île un « laboratoire » illustrant, avec ses caractéristiques propres, les problèmes démographiques, économiques et environnementaux du monde, la Réunion concentrant, notait‑il, « toutes les contradictions, celles de la société capitaliste et celles du tiers-monde ».

Paul Vergès était en effet un homme politique d’une incontestable hauteur de vues, qui se projetait toujours dans l’avenir. Son message pour la Réunion, qui conciliait désir d’autonomie et besoin de la France dans les Outremer, reste aujourd’hui d’actualité.

Il attachait une importance particulière aux conséquences, insuffisamment prises en compte à ses yeux, de la transition démographique mondiale. Il rappelait ainsi, à la tribune du Sénat, le 1er octobre 2011 : « En 1950, la population totale de la planète était de 2,5 milliards […]. En 60 ans, la population mondiale a augmenté de 4,5 milliards. Et, dans quatre décennies, soit six mandats de sénateur, la seule augmentation de la population sera égale au nombre total d’humains que comptait la planète en 1950 […]. Ce phénomène est la plus grande révolution de l’histoire humaine et nous en vivrons tout au long de ce siècle les conséquences sur les plans économique, social, culturel et politique. ».

Paul Vergès fut aussi l’un des premiers à alerter sur les conséquences du réchauffement climatique.

Élu sénateur en 1996, il exprimait inlassablement cette préoccupation à chacune de ses interventions publiques. Il fit ainsi adopter, dès le 29 mars 2000, son rapport sur la proposition de loi qu’il avait déposée, tendant à conférer à la lutte contre l’effet de serre la qualité de priorité nationale et portant création d’un « Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique » (ONERC), qu’il présida sans interruption depuis sa création en 2001.

Il soulignait encore avec force à la tribune du Sénat, à la veille des accords de Paris sur le climat : « Le réchauffement climatique a des conséquences dans tous les domaines pour la vie humaine : climat, santé, vie économique, sociale et politique, environnement terrestre, aérien et maritime, et l’adaptation nécessaire à ce nouvel ordre. Rien n’est acquis, tout est à faire, et l’enjeu est une nouvelle civilisation planétaire ! »

Paul Vergès fut ainsi un homme politique visionnaire qui inscrivait sa passion pour la Réunion et pour la France dans une analyse globale du monde actuel.

C’est cette figure que pleurent aujourd’hui la Réunion, ses collègues du groupe communiste, républicain et citoyen du Sénat, et tous les sénateurs de la République.

Paul Vergès restera présent dans nos mémoires.

L’heure est à cet instant au recueillement.

J’exprime à ses enfants, à toute sa famille, et à tous ses proches aujourd’hui dans la douleur, les condoléances sincères du Sénat, ainsi que ma tristesse personnelle.

Les dernieres tribunes

Tribunes libres De quoi Macron est-il le nom ?

Dans les traces de Hollande - Par / 23 juin 2017

Tribunes libres Au régime désormais...

Le trésor de guerre de la marque à la pomme - Par / 19 juin 2017

Tribunes libres Mac Donald’s est obèse… financièrement

Rassemblement contre l’évasion fiscale - Par / 9 juin 2017

Tribunes libres Kafka ou Ubu ?

Pour une place PMR - Par / 2 juin 2017

Tribunes libres Treize années à votre service

Bilan du second mandat 2011- 2017 - Par / 30 mai 2017

Tribunes libres Macron 1er

Intronisation présidentielle - Par / 19 mai 2017

Tribunes libres Présidentielles 2ème tour, à mon avis

Positionnement quant au vote du 7 mai - Par / 25 avril 2017

Tribunes libres "Marché Président, Marché Président..."

Contre JLM la finance se mobilise - Par / 21 avril 2017

Tribunes libres L’ont-ils bien méritée ?

L’Ordre National du Mérite pas pour les lanceurs d’alerte - Par / 14 avril 2017

Tribunes libres Conflit d’intérêts

Très cher mélange des genres - Par / 7 avril 2017

Tribunes libres Et la ruralité, bor..l !

La République fragilisée - Par / 3 avril 2017

Tribunes libres Toujours plus !

Les 39 milliardaires de France - Par / 24 mars 2017

Administration