Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Redonnons l’espoir à notre peuple en lui donnant le pouvoir

Vœux du groupe CRC -

Par / 27 janvier 2016

Permettez-moi, au nom de chaque sénatrice et de chaque sénateur de mon groupe, de vous souhaiter à toutes et à tous mes vœux les meilleurs pour cette année 2016 même si ces vœux ont, comme ceux de l’an dernier, un goût amer, un goût de cendres.

Les attentats de 2015 ont marqué en profondeur notre pays, notre peuple. L’irruption sur notre sol d’images trop banalisées sur d’autres territoires, bouscule le débat politique, fragilise le débat démocratique, ébranle nos institutions.

Mes vœux vont bien entendu en premier à tous ceux qui doivent panser leur cœur et leur corps.
Mes vœux vont à l’ensemble de nos concitoyens pour qu’ils puissent dépasser leurs légitimes angoisses, peurs ou colère, pour barrer ensemble la route au terrorisme, en reconstruisant une société bien abîmée par des décennies de crise.

Nous avons eu entre nous, entre parlementaires communistes et du Front de gauche, un débat sur la justification de l’état d’urgence.

Aujourd’hui, la prolongation, l’installation dans la durée de cet état d’exception qui ne répond pas au défi de l’islamisme radical de DAESH, suscite interrogations, doute et pour notre part, rejet.
Restreindre les libertés publiques de manière durable, c’est satisfaire ces fanatiques dont l’objectif premier est la déstabilisation de la démocratie, la division au sein de notre société.
Répondre aux attaques de DAESH par un état d’urgence permanent et la déchéance de la nationalité est donc, selon nous, totalement contreproductif.

La force de notre pays, c’est la liberté, c’est la démocratie.

La multiplication de textes -projets de loi, révision constitutionnelle, proposition de loi- masque mal l’absence de discours novateurs de notre pays en particulier pour trouver une solution politique sur le plan international. Nous attendons à ce titre un vrai débat sur le rôle de la France, comme celui de l’Europe d’ailleurs, dans cette région du monde. Or, ces questions cruciales ont disparu des écrans radars…

La question de la sécurité a donc envahi l’espace public.

Pourtant, d’autres sujets lourds nous attendent, comme la réforme du Code du travail.
Il s’agit d’un chantier capital. Nous veillerons, M. le Président, pour que ce débat auquel vous serez particulièrement attentif, du fait de vos anciennes responsabilités ministérielles, ne se déroule pas dans la précipitation.

On ne peut pas remettre en question en quelques jours le résultat de plus d’un siècle de négociations et de luttes sociales. Comment en effet ne pas être inquiets de l’avenir du Code du travail quand on voit la violence imposée, par exemple aux salariés de Goodyear ?
Le groupe CRC n’est pas un groupe conservateur. Nous sommes pour moderniser, tenir compte de l’évolution du monde. Oui, nous sommes progressistes.

Mais chat échaudé craint l’eau froide. Depuis trop longtemps, ce qui est présenté comme moderne n’est que le détricotage des droits du plus grand nombre au nom de la mondialisation financière qui justifie toutes les dérégulations.

Notre groupe sera donc d’une grande vigilance sur ce sujet.

Je le disais d’emblée, les institutions sont ébranlées par la pression terroriste et, la meilleure arme pour y répondre, c’est la démocratie.

Le Parlement doit être un lieu essentiel de ce combat. Combat contre ceux qui nous agressent, mais aussi combat pour remettre notre société à l’endroit, car n’en déplaise à M. le Premier Ministre, il y a des réponses politiques, sociales et économiques à la crise que traverse une jeunesse prête à se laisser embrigader par des fous de Dieu.

L’austérité, la casse du service public désarment notre société. De grands moyens doivent être mobilisés pour retisser le lien social. Peu ou bien peu est annoncé aujourd’hui.

Il faut accepter le débat sur ces questions et ne pas les repousser d’un revers de main ou d’un coup de menton.

Le Parlement est le lieu du débat pluraliste. Au cours d’une telle crise, il est primordial d’œuvrer pour qu’il retrouve la plénitude de ses compétences.

Par exemple, contrôler l’état d’urgence, c’est bien. Mais le Parlement doit pouvoir également l’interrompre ou pour le moins, saisir le Conseil Constitutionnel à tout moment en ce sens.
Faire vivre la démocratie et le pluralisme au Parlement, ce n’est pas seulement lutter contre l’absentéisme. Nous avons approuvé de manière déterminée les mesures que vous avez initiées en ce sens, M. le Président. Cela fait indéniablement plaisir de revoir un hémicycle plein, d’autant plus que notre groupe n’a jamais failli à l’exigence de présence.

Mais là où nous divergeons, c’est sur la contradiction entre la réduction progressive des pouvoirs du Parlement, la limitation du temps de parole, la réduction du droit d’amendement et votre volonté de ramener les parlementaires dans l’hémicycle.

Quel est le pouvoir réel du Parlement, aujourd’hui coincé entre le pouvoir exécutif et les normes autoritaires de Bruxelles ?

Quel moyen disposons-nous vraiment pour faire face à l’avalanche législative, et je pense particulièrement aux petits groupes ?

Quel est le pouvoir d’intervention du Parlement sur les grands enjeux économiques, sur la situation de l’emploi ?

La reprise en main par le politique de la situation économique est selon moi un élément de réponse essentiel à la montée du Front national.

L’impuissance qui génère la trahison des engagements électoraux est mortifère et, à ce titre, je ne peux que comprendre les ministres qui font de l’éthique et de la fidélité à leurs convictions, le socle de leurs engagements.

La profondeur de la crise que non seulement traverse notre pays, mais aussi les démocraties occidentales, exige des réponses de haut niveau.

Notre groupe, vaille que vaille, tient sa place au sein de l’assemblée sénatoriale grâce à chacune et chacun de ses membres, dont nos collaboratrices et collaborateurs, assistantes et assistants. Ensemble nous formons une belle équipe, une équipe solide, qui a du talent, qui a le sens des responsabilités et sait l’importance des missions qui incombent à un groupe parlementaire. Je tiens à saluer chacune et chacun, car c’est tous ensemble que nous apportons et que nous continuerons à apporter notre pierre à ce grand combat : redonner l’espoir à notre peuple en lui donnant le pouvoir.

Ce sont donc des vœux ambitieux, des vœux républicains, des vœux humanistes et progressistes, que je vous adresse aujourd’hui.

Je vous invite maintenant à lever notre verre à l’amitié et à la fraternité.

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse La majorité sénatoriale adoube les ordonnances de régression sociale

Habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social - Par / 27 juillet 2017

Les communiqués de presse Un nouveau coup de menton du Président de la République

Démission du chef d’état-major Pierre de Villiers - Par / 19 juillet 2017

Les communiqués de presse Le despotisme doux ou le cynisme décomplexé en marche

Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme - Par / 19 juillet 2017

Les communiqués de presse Interdiction des emplois familiaux : le Sénat doit être exemplaire

Rétablissement de la confiance dans l’action publique - Par / 12 juillet 2017

Les communiqués de presse Moralisons aussi la finance

Rétablissement de la confiance dans l’action publique - Par / 11 juillet 2017

Les communiqués de presse Non au coup de force qui se prépare !

Projet de fusion des trois départements de petite couronne au sein de la métropole - Par / 26 juin 2017

Administration