Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Avec ce projet, le gouvernement cumule injustice et inefficacité

Réforme des retraites -

Par / 17 juin 2010
Avec ce projet, le gouvernement cumule injustice et inefficacité
Avec ce projet, le gouvernement cumule injustice et inefficacité

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes chers collègues,

Votre projet de réforme des retraites est sans surprise. Vous avez fait le pire choix possible, celui de la remise en cause d’un acquis historique : le droit à la retraite à 60 ans.

Il s’agit là d’une régression sociale sans précédent.
Alors que l’allongement de l’espérance de vie est une chance, vous la présentez comme un fardeau pour les comptes publics.

Vous allez contraindre les salariés de notre pays à travailler plus longtemps, alors que le chômage frappe durement les jeunes.
Non seulement votre réforme est socialement scandaleuse mais elle est aussi profondément injuste.

Les salariés, ceux qui ont connu des périodes de chômage ou qui subissent la précarité ; les femmes, dont les carrières sont morcelées et incomplètes, celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, sont les grands perdants de cette réforme. Ils devront travailler jusqu’à 67 ans s’ils veulent bénéficier d’une retraite à taux plein.

Quant aux salariés qui effectuent des travaux pénibles et qui vivent moins longtemps, vous les condamnez à une retraite de courte durée, dans des conditions de vie et de santé fortement dégradées.

En revanche, vous épargnez les plus riches, ceux qui vivent de leurs rentes ou qui complètent leurs retraites par des stock-options ou des parachutes dorés.
Alors que les hauts revenus et les revenus du capital, ne contribueront à l’effort de financement qu’à hauteur de 1.7 milliards d’euros, les salariés eux, seront ponctionnés de 22 milliards d’euros.

En agissant ainsi, vous cumulez injustice et inefficacité. Car, en ponctionnant les revenus des salariés, vous allez assécher la consommation et pénaliser la croissance et la création d’emplois.

Monsieur le Premier Ministre, 63 % de nos concitoyens et l’immense majorité des organisations syndicales sont opposés à votre réforme.

Vous ne pouvez pas toujours gouverner contre la volonté du peuple, alors même que Le Président de la République ne s’estimait pas légitime pour mener cette réforme, quand il déclarait en mai 2008, à propos du recul de l’âge de départ à la retraite : « Je ne le ferai pas… Ce n’est pas un engagement que j’ai pris devant les Français, je n’ai donc pas de mandat pour faire cela ».

Alors, Monsieur le Premier Ministre, ma question est simple : allez-vous imposer votre réforme et passer en force ou allez-vous entendre la colère et l’opposition des salariés et des organisations syndicales qui vous demandent de retirer votre projet ?

Les dernieres interventions

Les questions d’actualité Une faute politique grave  

Privatisations des aéroports de Lyon et de Nice - Par / 12 juillet 2016

Administration