Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Publications locales

Meilleurs voeux pour 2016

Discours des voeux à Lillers -

Par / 10 janvier 2016

Mesdames et Messieurs,
Cher Pascal Barrois,

Tout d’abord, merci au conseil municipal de Lillers de m’avoir invité à cette sympathique cérémonie des vœux. Merci au maire de la commune pour toute l’énergie qu’il déploie avec son équipe au service des habitants. Permets moi, cher Pascal, de partager l’amical et fraternel salut que je t’adresse en y associant Lucien Andriès avec qui j’ai siégé de nombreuses années au sein du Conseil Général du Pas-de-Calais.

Aux habitants de Lillers, je souhaite mes plus sincères vœux de bonheur, de santé et d’épanouissement (personnel et collectif) pour la nouvelle année. Une année 2016 qui doit ouvrir une nouvelle page pour notre pays après celle de 2015 qui restera marquée à jamais par les évènements tragiques que vous connaissez.

D’évidence, nous ne pouvons en rester à ce constat. Bien sûr, il faut des mesures de protection de la population. Certaines ont été prises. Mon opinion est que des mesures exceptionnelles – toutes nécessaires qu’elles aient été – ne peuvent se transformer en mesures d’exception durables, qui plus est gravées dans la Constitution, sauf à remettre en cause notre modèle de société et la diviser à terme. Ce qui est précisément le but subversif de Daesh.

Constat d’échec sûrement dans la politique internationale jusqu’à ces dernières semaines ! Je me réjouis qu’enfin, comme mon groupe politique le demande depuis des années au Parlement, les grandes puissances de ce monde, les pays limitrophes, prennent petit à petit conscience de la nécessité d’une action globale à la fois militaire, mais aussi politique et économique, frappant donc également les sources de financement de cette organisation criminelle. Mais il faudra aussi prévoir la reconstruction de ces pays martyrs sans quoi Daesh serait inévitablement remplacé par une autre organisation tout aussi criminelle.

Mais il y a aussi ce qui relève de la responsabilité propre de notre pays, et on ne peut passer sous silence la question des réfugiés. N’oublions jamais que la Turquie et le Liban en accueillent des millions. Je suis allé plusieurs fois à Calais dans la « jungle », comme on dit. Je le dis ici, il est temps de sortir de cette spirale de violence que génère forcément ce cul de sac migratoire.

La situation déjà très tendue ne pourra que devenir explosive si le gouvernement ne prend pas des mesures urgentes, enfin à la hauteur de la situation et des problèmes posés. D’abord en termes d’accueil : notre pays, qui est la cinquième puissance mondiale, se doit d’accueillir dignement ces hommes, ces femmes et parfois ces enfants.

La Grande-Bretagne, qui est si exigeante vis-à-vis de l’Europe doit elle-aussi prendre sa part car une grande partie de ces réfugiés n’ont qu’un seul but : passer le Channel ! Je ne manquerai donc pas de rencontrer très prochainement Mme la Préfète à ce sujet et d’interpeller le Ministre de l’Intérieur dans un second temps.

Voilà aussi, mesdames et messieurs, ce qui fait partie du travail d’un parlementaire dont je voudrais maintenant vous parler plus généralement en quelques mots. Car je connais la suspicion, voire même la défiance qui peut être la vôtre à l’égard des politiques, comme on dit. J’en connais surtout les ressorts profonds : de faux espoirs, des alternances déçues et des promesses non tenues.

Avec toujours la même situation :
-  Des jeunes privés de perspectives et trop souvent précarisés,
-  Un système de protection sociale qui s’effiloche,
-  Un chômage massif qui induit en plus le nivellement vers le bas des salaires,
-  Le sentiment de piétiner, de recevoir d’une main ce qu’on vous reprend de l’autre,
-  Des problèmes de société comme le vieillissement ou le niveau des retraites, problèmes jamais pris à bras le corps, sauf pour taxer plus encore les intéressés eux-mêmes, ce qui est l’inverse d’une politique de solidarité.

Nous avons tous failli à un titre ou à un autre même si tous les politiques ne portent pas la même responsabilité. Les parlementaires communistes dont je fais partie ne sont pas au gouvernement et ne votent pas ces budgets d’austérité, sans cesse accentués par les gouvernements successifs. Ces logiques austéritaires créent au contraire les problèmes dont je viens de vous parler. Ils sont donc dépassables dans le sens où d’autres solutions, une autre voie, pourraient être mises en œuvre.

Avec Marine Le Pen ???

Ayons le courage d’aborder la question !

Remet-elle en cause les logiques financières, le diktat des actionnaires qui ont conduit à la fermeture massive d’unités de production, en particulier dans notre Région Nord-Pas de Calais-Picardie ? Que nenni !

Propose-t-elle de doubler ou tripler le rendement de l’impôt sur la fortune pour alimenter un plan d’action contre la pauvreté et la misère dans toutes ses dimensions, y compris la misère morale, la misère intellectuelle, la misère culturelle, qui sont le creuset des déviations les plus dangereuses (les évènements tragiques de 2015 nous le rappellent). Que nenni ! Marine Le Pen est elle-même une grande fortune.

Je le dis donc ici solennellement. Dans cette situation si difficile, exacerbée, dont les tensions pourraient nous mener vers l’inconnu, la responsabilité des politiques c’est d’abord de rassembler. A l’échelle municipale, comme le fait votre maire et son équipe municipale autour d’actions partagées. Mais aussi au niveau national, au niveau européen, au niveau international.

Oui, c’est dès maintenant qu’il nous faut, ensemble, lever un nouvel espoir collectif.
Un nouvel espoir cimenté dans la force indestructible du rassemblement populaire.
Quand tout est fait pour diviser la société, c’est sur le levier du rassemblement qu’il nous faut compter.

Oui, je suis disponible pour en discuter plus avant avec vous.

Oui, je propose qu’on parle vraiment des choses de la vie réelle, des problèmes des uns et des autres, et qu’on s’y attaque ensemble, qu’on construise ensemble un nouveau projet pour dépasser les obstacles.

Je pense en ce moment à l’appel de Maurice Thorez, qui lançait le 17 avril 1936, je cite :
« Nous te tendons la main, catholique ouvrier, employé, artisan, paysan, nous qui sommes des laïques parce que tu es nôtre et que tu es comme nous accablé par les mêmes soucis. »

Un appel sans doute à remettre au goût du jour mais qui dit cependant la voie qu’il nous faut rechercher. Référons-nous par exemple à la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État pour ce qu’elle est vraiment : la libération de l’État, de l’école, des hôpitaux, de la tutelle de la religion et en même temps l’affirmation universelle de la liberté de conscience, de croyance et d’expression religieuses dans l’espace public (à ne pas confondre avec les services publics où les agents de l’État doivent rester neutres). Avec la laïcité, bien comprise et non instrumentalisée, nous avons en fait le cadre républicain pour nous rassembler.

Et oui, croyants, chrétiens, musulmans ou juifs, vous avez toute votre place dans le rassemblement nécessaire pour construire une société solidaire et de partage.
Autre axe de rassemblement possible : je fais partie de la délégation sénatoriale aux entreprises. Je l’ai faite rencontrer des petits entrepreneurs de notre département. Je le dis aussi : les chefs d’entreprises, les artisans, ne sont pas entendus aujourd’hui comme ils devraient l’être sur les questions qu’ils nous renvoient, pourtant bien identifiées par eux : problèmes de recrutement, de délais de paiement des grands groupes, concurrence déloyale dûe au travail détaché illégal, régime problématique des auto-entrepreneurs, accès trop difficile et même parfois impossible au crédit bancaire…

Pourtant, notre force économique, c’est d’abord ce tissu-là. Alors, que le gouvernement arrête d’assécher les budgets des collectivités locales ! Votre maire l’a bien dit : tout cela réduit les capacités d’intervention des communes et porte un coup aux carnets de commande quand il faudrait au contraire relancer, et la consommation populaire et l’investissement public. Pourtant, j’en fais l’amer constat, les communistes et le Front de Gauche sont les seuls à militer dans cette voie.

Enfin, et ce sera mon dernier sujet mais non le moindre, nous devons continuer ce que nous avons commencé ensemble pour faire respecter sur ce territoire (et celui de l’Auchellois) le droit d’accès pour tous à la santé. Heureusement, nous ne sommes pas restés les bras croisés. Grâce à la mobilisation des syndicalistes, des élus locaux, dont vos élus communistes toujours présents, nous avons fait bouger les choses, nous avons fait avancer des pistes nouvelles concernant les soins dentaires et le dépistage rétino-diabétique. Il ne faut rien lâcher sur ces sujets vitaux. Et il nous faudra nous mobiliser encore pour que l’ARS et la Carmi tiennent tous les engagements pris. Il nous faudra nous mobiliser encore et ensemble sur les problèmes de démographie médicale qui se posent ici à Lillers de manière particulièrement inquiétante. Je connais cette situation : votre maire me l’a exposée. Vous pouvez compter sur mon soutien actif en tant que parlementaire.

D’ailleurs, je ne manque jamais une occasion, une opportunité pour interpeller Mme la Ministre de la Santé sur la situation sanitaire de ce territoire. Je l’ai encore fait récemment dans le cadre de la loi Santé pour l’alerter sur la situation de l’Établissement Public de Santé Mentale de St-Venant confronté aux restrictions budgétaires mais aussi à une politique d’ensemble qui transfère peu à peu des services et des réponses publiques vers le privé. C’est ce qui se passe quand des projets innovants, alternatifs, portés par les syndicalistes et la direction de l’établissement sont rejetés par l’ARS et le Ministère de la Santé pour faire la place à des prises en charge privées. Au risque que ce soient les familles qui soient amenées à gérer elles-mêmes des situations particulièrement difficiles.

La question de la démographie médicale que portent les élus locaux est une question légitime. Effectivement, trois, maintenant quatre médecins généralistes pour une ville de 10.000 habitants, c’est largement insuffisant !

Je suis donc prêt à vous accompagner dans l’action qui a été engagée à ce sujet par la municipalité et les élus locaux qui, je le sais, ont déjà rencontré les professionnels de santé, l’ARS et d’autres acteurs pour chercher des solutions satisfaisantes. Mon soutien vous est acquis !

En même temps, il nous faut bien constater les dégâts de la loi Hôpital, Patient, Santé et Territoire de Mme Bachelot. Et il faudra bien un jour abroger cette loi, ce que n’a pas fait Mme Touraine.
-  Une loi qui donne tous les pouvoirs aux ARS pour couper dans les budgets de la santé.
-  Une loi qui a enlevé aux personnels et aux élus locaux le poids qu’ils occupaient dans les instances de concertation et de décision.

On en revient là encore à la question de l’intérêt général, des services publics, du respect de la démocratie locale et des élus locaux. Je l’ai dit hier à Burbure, je le redis ici.

Cette cérémonie des vœux, son succès populaire, la participation nombreuse des habitants montre d’abord une chose : la vitalité de l’échelon communal de notre République. Les gouvernements, quels qu’ils soient, devraient s’en inspirer pour cesser de les asphyxier financièrement et de rogner leurs compétences. Les 36000 communes de France sont aussi une partie de la solution à la crise de notre République. En ces moments troublés, les citoyens doivent pouvoir compter sur ce fondement de la démocratie, ce creuset participatif, ce lieu de proximité privilégié entre élus et habitants.

Que 2016 soit l’année du ressaisissement républicain et de rassemblement pour la justice sociale, la paix et le progrès.

Vive la République !

Vive la France !

Les dernieres interventions

Publications locales Avec Vous

Lettre BILAN 2011-2017 - juin 2017 - Par / 18 juillet 2017

Publications locales Avec Vous

Lettre d’information de mars 2017 - Par / 29 mars 2017

Publications locales Des Côtes d’Armor au Sénat

Journal d’information - Par / 1er mars 2017

Publications locales Avec vous

Activité parlementaire de décembre 2016 - Par / 2 janvier 2017

Publications locales Avec vous

Activité parlementaire de novembre 2016 - Par / 20 décembre 2016

Publications locales "Avec vous" , ma lettre d’information

Activité parlementaire - Octobre 2016 - Par / 9 novembre 2016

Publications locales Comité Départemental Olympique et Sportif des Côtes d’Armor

Interview de Christine PRUNAUD - février 2016 - Par / 19 février 2016

Publications locales Journal d’information

N°1 - septembre 2015 - Par / 1er octobre 2015

Administration