partie

    0
    243

    En musique, le mot partie peut tout d’abord revêtir le sens habituel d’« élément d’un tout ». C’est ainsi qu’il peut désigner la section d’une œuvre musicale qui en comporte plusieurs. On pourra dire, par exemple, « qu’une symphonie classique est généralement écrite en quatre parties » : dans cet emploi, le mot est synonyme de « mouvement ». Une partie peut également désigner, à l’intérieur d’une pièce musicale cette fois, une subdivision quelconque de la pièce en question. On dira, par exemple, qu’habituellement, « la mélodie d’une chanson, est organisée en deux parties : un couplet alternant avec un refrain » : dans cet emploi, le mot est plutôt synonyme de « fragment » ou d’« idée musicale ». Cependant, dans un sens plus technique, et plus précisément, dans la musique occidentale, polyphonique ou harmonique, une partie désigne, au sein d’une œuvre musicale, le rôle destiné à un interprète ou un groupe d’interprètes — qu’il s’agisse de voix ou d’instruments. Par exemple, une « partie de violon » est prévue pour être jouée par un violon, ou par un groupe de violons — dans un orchestre, par exemple. De la même façon, une « partie de ténor » est destinée à être chantée par une voix de ténor, ou par un groupe de ténors — dans un chœur, par exemple. Dans la musique monodique, c’est-à-dire en l’absence de simultanéités sonores, et a cappella (par exemple, le chant grégorien interprété à l’unisson), le concept de partie n’a guère de sens.