poêles

    0
    136

    Un poêle est un appareil de chauffage rudimentaire. Le plus souvent, il chauffe directement le lieu où il se trouve. Il est rudimentaire dans le sens où il ne comporte pas de circuit caloporteur (circuit de déport thermique). C’est le point principal qui le distingue d’une chaudière. Il propage sa chaleur principalement par convection et par rayonnement. L’émergence du principe technique dans le domaine de l’utilisation des combustions est apparue grâce aux pertinences des combustions enfermées (combustion dans une enceinte) conjugué en même temps à la maitrise du tirage naturel. Ce dernier permettait alors de dominer en même temps 1) l’alimentation en air. 2) l’évacuation des fumées (canalisation verticale de la fumée: Cheminée). Liste des points de pertinences des combustions enfermées: réglage possible de la quantité d’air de combustion (comburant). Cela entraine la possibilité de régler la puissance, comme de la régularité ainsi que la possibilité de la faire varier assez précisément ; économies importantes de combustible par le rendement, alors que dans les combustions à foyer ouvert les pertes sont colossales surtout par l’énorme excès d’air (rappelons que 80 % de l’air est de l’azote. Lui n’intervient pas dans la combustion. Il est là comme une contrainte à supporter); augmentation des températures de combustion. Elles permettent de diminuer les imbrûlés (particules et gaz). Les savoir-faire anciens des cuissons de céramiques, des sidérurgiques, autant que celles des cuissons de cuisine ont fait émerger les techniques liées aux poêles. Tous les combustibles ont débouché sur des poêles spécifiques : le bois, le charbon, puis le mazout, le gaz, l’huile, le kérosène (pétrole lampant), le granulé de bois (ou pellets), l’alcool, etc.