L’énergie solaire est-elle l’avenir des voitures électriques ?

Sous le soleil brûlant du nord de l’Espagne, la voiture « 0 », premier modèle de série de la start-up Lightyear, récolte suffisamment d’énergie solaire pour parcourir gratuitement plus de 70 kilomètres par jour. Le capot avant et le long toit sont recouverts de cinq mètres carrés de panneaux solaires. Ses fondateurs, de jeunes ingénieurs néerlandais, ont remporté plusieurs courses à énergie solaire dans le désert australien. Profitant de la baisse des prix des panneaux photovoltaïques et des batteries, ils tentent d’appliquer cette technologie aux voitures du quotidien.

La carrosserie et les moteurs très aérodynamiques des roues du « 0 » consomment moins d’énergie que les SUV électriques dominants du marché et offrent une autonomie de 625 kilomètres sur une seule charge. Roulant peu, on ne pourrait donc le brancher qu’en hiver, promet la marque.

« Le temps presse, nous devons rouler durablement le plus vite possible », a déclaré à l’AFP l’un de ses fondateurs, Lex Hoefsloot. « Les bornes de recharge restent un obstacle majeur. Si nous n’en avons pas besoin, nous pouvons grimper beaucoup plus vite. Lightyear a relevé la barre, avec ce premier modèle construit en moins de 1 000 exemplaires et avec un prix Bentley de 250 000 euros. Une version moins chère, aux alentours de 30 000 euros, est annoncée pour 2024-2025.

Idéal pour les trajets domicile-travail ?

Idéal pour les trajets domicile-travail ?

Avec l’explosion du marché des voitures électriques, plusieurs modèles équipés de panneaux solaires sont attendus dans les mois à venir. Toyota a déjà proposé des panneaux sur sa Prius hybride (en option) et sa première voiture 100 % électrique, la BZ4X. Idem pour le prototype de pick-up de Tesla, prévu pour 2023. Mercedes a équipé le toit de son luxueux prototype EQXX de cellules photovoltaïques qui, avec le même profil effilé que la Lightyear, promettent 1 000 kilomètres d’autonomie.

Selon le chercheur américain Gregory Nemet, « les panneaux photovoltaïques sont devenus si bon marché que, même dans les zones peu ensoleillées, ils valent la peine d’être installés ». « Même si le toit d’une voiture ne peut pas recharger complètement la batterie en une journée, il peut stocker suffisamment d’énergie pour vous emmener du travail à la maison », a déclaré le spécialiste de l’énergie de l’Université du Wisconsin.

Avec quelques centaines d’euros de plus par voiture, l’énergie solaire pourrait au moins compenser l’utilisation de la climatisation, analyse Gautham Ram Chandra Mouli, spécialiste de la mobilité électrique à l’université de Delft aux Pays-Bas. Mais attention où vous vous garez, prévient l’expert : la voiture ne se recharge évidemment que si elle est à l’extérieur, et beaucoup moins en hiver. De plus, elle se recharge bien mieux près de l’équateur qu’en Europe du Nord.

Sous le soleil californien, la start-up Aptera enregistre 25 000 précommandes pour son premier modèle prévu pour la fin d’année, un petit trois-roues biplace. Selon les versions, facturée entre 26 000 et 46 000 dollars, elle affiche entre 400 et 1 600 kilomètres d’autonomie.

« Une technologie pour couvrir toute la voiture »

« Une technologie pour couvrir toute la voiture »

Un autre modèle solaire beaucoup plus classique, mais aussi abordable et ambitieux est attendu en Allemagne d’ici fin 2022 : la Sion. Ce cinq places compact est cubique et tout noir, car il est entièrement recouvert de panneaux solaires. « Nous avons développé une technologie qui couvre l’ensemble de la voiture », explique Jona Christians, co-directrice de la grande start-up allemande qui l’a créée, Sono Motors. Avec 18 000 précommandes enregistrées, ils prévoient de produire 260 000 voitures d’ici 2030.

Le Sion intègre le système « Vehicle-to-Grid », qui permet à la batterie chargée de restituer l’électricité au réseau lorsqu’il fait beau. Le petit constructeur envisage également de vendre sa technologie solaire à d’autres, comme le groupe français de remorques frigorifiques Chéreau.

Une autre marque néerlandaise, Squad Mobility, prévoit de lancer des voitures solaires sans permis en 2023. Son patron Robert Hoevers, ancien de Lightyear, voit l’avenir des voitures au soleil : « Les panneaux deviendront encore moins chers, les moteurs électriques plus efficaces : d’abord ou plus tard nous roulera tous les jours à l’énergie solaire. »

L’énergie solaire est-elle l’avenir des voitures électriques ?

Comment acheter une voiture électrique pour pas (trop) cher ? Réservé aux abonnés

Voiture électrique : recharge, entretien, assurance, combien ça coûte à l’usage ? Réservé aux abonnés

Acheteurs d’une voiture électrique, ces Bretons sont-ils convaincus ou déçus ? Réservé aux abonnés

Les ventes de voitures électriques explosent en Bretagne dans un marché en plein marasme

Qui a inventé l’énergie solaire ? Le physicien français Edmond Becquerel (1820 – 1891) a été le premier à découvrir que l’énergie solaire pouvait être transformée en électricité à l’aide de matériaux semi-conducteurs. C’est donc grâce à lui que le photovoltaïque est né. Ses découvertes remontent à 1839.

Est-ce que les panneaux solaires sont écologiques ?

Est-ce que les panneaux solaires sont écologiques ?

Lorsqu’ils produisent de l’électricité, les panneaux solaires ne dégagent pas de polluants. La production, le transport et le recyclage d’un panneau photovoltaïque ont un très faible impact sur l’environnement.

Pourquoi les panneaux solaires ne sont-ils pas écologiques ? La production de panneaux solaires nécessite de l’énergie. Une grande partie de cette énergie sert simplement à transformer la matière première, le quartz, en silicium. Cette procédure est énergivore car elle nécessite une chaleur très élevée et l’utilisation de différents produits chimiques.

Pourquoi les panneaux solaires sont écologiques ?

Le solaire est une énergie verte et peu polluante. Une empreinte écologique qui s’améliore toujours avec le temps. Un panneau solaire produit 30 fois plus de courant électrique qu’il n’en faut pour le produire.

Quels sont les inconvénients de l’énergie hydraulique ?

Quels sont les inconvénients de l'énergie hydraulique ?

Inconvénients : – La construction de barrages peut bouleverser, voire détruire, certains écosystèmes. – L’installation de centrales hydroélectriques entraîne souvent d’importants déplacements de population et la disparition de terres agricoles.

Quelle est l’importance de l’hydroélectricité ? L’énergie hydraulique permet de produire de l’électricité dans les centrales hydroélectriques grâce à la puissance de l’eau. Cette force dépend à la fois de la hauteur de la chute d’eau (centrales électriques à prévalence élevée ou moyenne) et du débit des rivières et des ruisseaux (centrales à eau courante).

Accueil Auto / Moto L'énergie solaire est-elle l'avenir des voitures électriques ?