Revente de votre voiture d’occasion : quelles sont les filières ?

Lorsque vous souhaitez remplacer une voiture, la question de la revente de votre ancienne voiture se pose forcément. Et il y a plusieurs écoles. Pas deux de plus, mais trois ici.

Parce qu’il y a des gens qui emmènent leurs voitures « jusqu’au bout », et qui finissent, quand ils les achètent, à jeter les anciennes.

Ensuite de façon plus classique, il y a ceux qui revendent leurs propres véhicules, et d’autres qui les reprennent.

Mettre à la casse

Mettre à la casse

Certes, il ne s’agit pas à proprement parler du secteur de la « revente ». Cependant, cela peut toujours vous rapporter de l’argent. Bien sûr, si vous achetez votre voiture chez un concessionnaire ou chez un concessionnaire indépendant, celui-ci peut vous proposer des offres de reprise, tant que votre voiture est encore en vie. Il y a souvent une opération « argus + xx € de reprise » avec le constructeur, qui permet de retirer un peu d’argent de la voiture même en fin de vie.

Si vous achetez une voiture à un particulier, vous devrez vous adresser à un spécialiste du dépannage automobile (« casseur »), qui ramènera votre véhicule dans un centre « VHU ». S’il peut tirer profit de votre « accident », il peut vous proposer une somme d’argent, souvent très modeste, n’espérez pas plus de quelques centaines d’euros. Le plus souvent, il récupérera votre voiture gratuitement. Au pire, si absolument rien ne peut sortir de votre carcasse, il vous facturera l’enlèvement (cent euros).

La reprise par un professionnel

La reprise par un professionnel

Lors de la commande de votre voiture neuve, qu’elle soit neuve ou d’occasion, un professionnel, concessionnaire ou concessionnaire peut vous proposer une offre de « reprise ». Selon votre âge, votre kilométrage, votre état et bien sûr votre ancien modèle de voiture, cela déterminera la cote de rachat. Ce serait certainement faible, car il devrait éventuellement le rendre et supprimer la marge.

Mais il s’agit d’une opération simple et rapide, avec des paiements sans risque de fraude, car le plus souvent le montant de reprise est simplement déduit du prix de vente de la voiture neuve. Une fois le taux de reprise établi, vous restituez la voiture au vendeur lorsque vous en récupérez une nouvelle. Pas besoin de passer par des contrôles techniques, et pas de risque de réclamations pour vices cachés par la suite, car les professionnels achètent « en connaissance de cause », exactement avec une qualité « pro ».

De nos jours, de nombreuses entreprises pratiquent l’achat de voitures « au comptant », sans avoir besoin d’acheter une autre voiture. On voit des publicités de mavoiturecash, vendezvotrevoiture, ou aramisauto. Le principe est exactement le même. Propositions de recouvrement anticipé sur place, promesses de régler les propositions à l’avance et paiements rapides et sécurisés.

Revendre par soi-même

Revendre par soi-même

C’est le canal le plus rentable pour vos vendeurs. En effet, il pourrait vendre « au prix du marché », sans subir les remises imposées par les professionnels. Mais ce secteur implique plus d’investissement de votre part. En effet, il faudra faire de la publicité, prendre des photos, chouchouter votre voiture pour la rendre la plus confortable possible pour l’acheteur, et passer du temps à la mise en place et à faire des essais. Il est également nécessaire de passer le contrôle technique pour toutes les voitures de plus de 4 ans.

Mais c’est rentable au final pour les finances, car en moyenne on vend carrément 15% plus cher que si on passait par la reprise. Sur une voiture de 10 000 $, c’est un profit de 1 500 $. Cela n’a pas d’importance! Les sites les plus connus pour revendre sa propre voiture sont les célèbres La Centrale et le bon coin. Mais aussi autoscout24, paruvendu ou encore Facebook market.

Une question dans le domaine utilisé ? N’hésitez pas à nous l’envoyer en écrivant un mail à : question.occasion@caradisiac.com. Il peut être sélectionné pour apparaître dans cette nouvelle section.

Quelle différence entre Cerfa 15776 et 13754 ?

Quelle différence entre Cerfa 15776 et 13754 ?

Vous venez d’acheter une voiture d’occasion ? A noter que depuis le 8 septembre 2017, le formulaire administratif Cerfa 13754*03 qui est habituellement rempli pour une déclaration de transfert de véhicule est remplacé par un nouveau formulaire, le Cerfa 15776*01. Tout savoir sur ce nouveau formulaire de déclaration de cession de véhicule d’occasion.

Quel nom doit figurer sur le certificat de transfert ? Dans la colonne « Je, soussigné » de la première partie du formulaire, l’entreprise doit indiquer son nom usuel et sa raison sociale, et non les nom et prénom obligatoires s’il s’agit d’un particulier. . Vous devez également cocher la case « Personne morale », si l’acquéreur est également une entreprise.

Quel Cerfa pour la vente d’un véhicule ?

En France, les contrats de vente de véhicules d’occasion ont été uniformisés par le document Cerfa 15776*01. Il s’agit d’un acte de cession en deux exemplaires, l’un pour le vendeur et l’autre pour l’acquéreur.

Où récupérer un certificat de cession de véhicule ?

Où récupérer un certificat de cession de véhicule ?

Les certificats de transfert peuvent être obtenus sur le site de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Il s’agit du certificat CERFA n°15776*01. Il peut être téléchargé gratuitement par le vendeur et imprimé en trois exemplaires.

Comment imprimer un certificat de transfert de véhicule ? Auparavant, une attestation de vente complétée pour impression était transmise au service préfectoral d’enregistrement. Désormais, cela se fait en ligne ou par l’intermédiaire d’un fournisseur de services agréé. Il est important de noter que ces formalités doivent être accomplies dans les 15 jours suivant le transfert.

Accueil Auto / Moto Revente de votre voiture d'occasion : quelles sont les filières ?